Le deltaplane, c'est quoi?

   
Otto Lilienthal  (1890)                                                         Francis Rogallo (1952)            Les frères Wings (1965)
 
Si on exclut  les rêves d’Icare et de Léonard,  on peut faire remonter l’origine du delta à l’allemand Otto Lilienthal à la fin du XIXè.
 
Dans les années 50, l’ingénieur Rogallo de la NASA invente le concept d’aile triangulaire pour faire se reposer les fusées. Au début des années 60, l’idée est reprise aux USA  puis en Australie (Moyes) pour construire les structures rigides que nous connaissons aujourd’hui.
 
C’est au début des années 70 que le delta connaîtra une explosion de sa pratique. Il arrive en France au début des années 70. Joël Belin effectue son premier vol à Saint Claude, Jura, en mars 1973. Les clubs et les écoles se créent un peu partout et les compétitions des « fous volants » attirent les foules. La Fédération Française de Vol Libre voit le jour en 1974. Le Delta-Club du Haut-Jura, 1er club de Comté est officialisé au journal officiel en février 1975.
 
Les deltistes vont créer tous les sites de vol et vont mettre au point les structures qui permettront la gestion et reconnaissance du vol libre.
 
A la fin des années 80, le parapente, plus facile d’accès, viendra rapidement supplanter le delta au point qu’il n’y a plus aujourd’hui qu’un à deux milliers de pratiquants en France qui volent dans quelques poches de résistance et très peu d’écoles de club ou professionnelles pour apprendre (Saint-Claude, Besançon et Morteau pour notre Ligue). Les deltistes sont regroupés au sein du Comité National Delta. Seule encore aux USA la pratique du delta reste dominante.
 
L’apprentissage du delta a bien évolué et les élèves passent en grand vol après une dizaine de séances en pente école. Le matériel est devenu plus fiable et plus performant (le record du monde est à plus de 700 Km). Grâce à ses contraintes plus nombreuses qu’en parapente –qui est plus facilement transportable et qui pose plus court-, le delta est plus un sport d’équipe -on ne vole jamais seul- et reste le seul engin à donner l’impression de voler comme un oiseau. Il reste, en l’air, par sa structure rigide et son mode de pilotage par simple déplacement du poids du corps, le plus instinctif, le plus performant, le plus sûr et le plus bel engin du vol libre.
 
Pente école  (2009)                           Coupe de France (2009)                                                        Delta dernière génération
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire